6. Mais au fait, qu'est-ce qu'un déchet ?

Avant de ne plus en produire du tout, définissons-les

Le Code de l’Environnement (1) donne la définition suivante : un déchet est “toute substance ou tout objet, ou plus généralement tout bien meuble, dont le détenteur se défait ou dont il a l’intention ou l’obligation de se défaire”.

Vu comme ça, on a l’impression que devenir un déchet serait le destin de tout type d’objets ou de substances (de nos épluchures aux produits toxiques, en passant par les bouteilles d’eau ou les camions). Mais ceci est le schéma de l’économie "linéaire", dans lequel les biens sont conçus pour n’avoir qu’une seule vie.



Le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas

Les poubelles, ça remplit des décharges et des incinérateurs qui polluent et nous coûtent cher. Mais pas seulement : quand on parle de déchets, il est aussi question de ressources naturelles et du climat, c’est à dire de facteurs pas tout à fait négligeables pour notre survie sur Terre !

Tout est lié dans un écosystème. S’attaquer aux déchets permet donc aussi de lutter contre d’autres problèmes environnementaux. Réduire les déchets, c’est agir en même temps pour :

- réduire les pollutions,

- préserver les ressources,

- contribuer à limiter les changements climatiques.

La prise de conscience individuelle des problèmes environnementaux globaux peut être douloureuse et paralysante, lorsque l’on ne sait pas comment faire changer les choses à son niveau. Les déchets sont un aspect quotidien et universel, un levier que chacun peut actionner pour contribuer à diminuer l’impact global.

Déchets visibles et invisibles

Quand on parle de déchets, il y a certes le produit qu’on a consommé et abandonné dans une poubelle (dans le meilleur des cas), mais il faut aussi prendre en compte l’amont : pour chaque produit, nous avons aussi créé beaucoup de déchets invisibles pour le consommateur. En effet, derrière chaque objet ou emballage que nous jetons se cache une petite (ou grande) montagne de ressources (matières premières, énergie, eau, etc.) consommées lors de sa fabrication. Pour produire une petite voiture pesant environ une tonne, on consomme en réalité 70 tonnes de matériaux divers. Fabriquer un jean de 600 grammes requiert 32 kg de matières premières et quelque 8 000 litres d’eau (2).

C’est ce que l’on appelle "l’énergie grise" ou le "sac à dos écologique" des produits que nous consommons. Autrement dit, notre poubelle n’est que la partie émergée d’un iceberg entier de consommation de ressources et de production de déchets. Lorsque l’on réduit ses déchets, on ne réduit donc pas seulement sa poubelle de quelques kilogrammes, mais on réduit de plusieurs tonnes la quantité totale de déchets produits, et on économise une très grande quantité de ressources !



Et un bon exemple du sac-à-dos écologique d'un petit objet: une cuillère en plastique. Cliquez ici pour lancer la vidéo (durée 1 minute 55).

(1) article 3 de la directive 2008/98/CE et L.541-1-1 du Code de l’Environnement

(2) Wuppertal Institut für Klima, Umwelt, Energie Gmbh : « Infobrief Forschungsgruppe nachhaltiges Produzieren und Konsumieren », 2008, cité par Ecoconso.be – fiche-conseil n° 153 « L’énergie grise et le sac à dos écologique », 2008
I6MaisAuFaitQuEstCeQuUnDechet (LMS Activité), written by YannLeBeguec
create on 11.12.2019 à 23:31, updated on 02.06.2021 à 14:46